Quarantaine optionnelle à Dorval

Quarantaine optionnelle à Dorval

Quarantaine optionnelle à Dorval

Des voyageurs qui reviennent au Canada disent ouvertement aux agents frontaliers qu’ils ne respecteront pas la quarantaine et ne s’isoleront pas.

«Quand les gens arrivent au pays, on leur dit: “Vous devez faire votre quarantaine” et ça va arriver, à l’occasion, que les voyageurs vont dire à nos agents: “Nous, on ne la fera pas”», a soutenu vendredi le président du Syndicat des douanes et de l’immigration, Jean-Pierre Fortin, à l’émission de Benoît Dutrizac, sur QUB radio.  

Voici les entrevues concernant le sujet sur Qub Radio:

https://www.journaldemontreal.com/2020/03/31/frontieres-terrestres-et-aeriennes-quelles-mesures-pour-les-canadiens-rapatries-au-pays

https://www.journaldequebec.com/2020/10/16/aeroport-trudeau-des-passagers-delinquants-face-a-la-quarantaine

Même si les douaniers redoublent de prudence à l’aéroport Montréal-Trudeau, ces derniers rapportent un manque d’intervention systématique de la part de Santé Canada pour s’assurer de l’isolement des voyageurs rapatriés, avec ou sans symptômes. 

«Santé Canada n’interviendra pas autre que s’ils [les voyageurs entrants] ont des symptômes directs», a indiqué Jean-Pierre Fortin, président national du Syndicat des agents des douanes et de l’immigration (SDI) à QUB radio mardi matin. 

Sans avoir le pouvoir qu’ont les agents de Santé Canada ou les policiers de placer des gens en quarantaine, les douaniers tentent malgré eux d’intercepter des voyageurs qui pourraient être symptomatique, pour les référer aux agents représentés en très petit nombre sur les planchers de l’aéroport Montréal-Trudeau. De plus, avec les bornes électroniques à disposition des voyageurs, leurs contacts avec les arrivants sont relativement écourtés. 

Écoutez l’entrevue complète ici:  https://omny.fm/shows/liste-matinale/lentrevue-de-f4f76b16-cf1d-45bb-8939-ff2481d8fec3/embed

«Est-ce qu’on laisse passer des gens qui ont l’air fiévreux et qui toussent? Non, on intervient immédiatement», a toutefois tenu à préciser le président. 

Selon la Loi sur la mise en quarantaine, les voyageurs qui rentrent au pays doivent, sans exception, s’isoler pendant une période de 14 jours.  

Manque de ressources, manque d’équipement 

S’il conçoit que Santé Canada puisse manquer de ressources pour pallier la crise actuelle, le président national du SDI observe aussi un manque considérable d’équipement sanitaire à l’aéroport de Montréal, dont les masques. 

«On ne les met pas toute la journée. Les agents vont les mettre dans des situations plus particulières», a mentionné l’invité de Benoit Dutrizac. Quant aux bornes de désinfectant pour les mains, il précise qu’elles ne peuvent être mises à la disposition des voyageurs dans toutes les zones de l’aéroport. 

Une situation différente aux points d’entrée terrestres 

Pour leur part, les Canadiens de retour des États-Unis par voie terrestre se font poser quelques questions sur leur état de santé et sont ensuite avisés de se placer en isolement, a fait savoir le président national du SDI. 

«Ils doivent s’en aller chez eux immédiatement. À partir de la douane, si vous vous en allez à Brossard, vous partez et vous n’arrêtez pas nulle part. Vous allez à Brossard», a-t-il lancé en guise d’exemple. 

Le chemin Roxham fermé 

Même si le chemin Roxham est bel et bien fermé et que la Gendarmerie royale du Canada (GRC) demeure sur place pour assurer qu’aucun migrant n’y traverse, M. Fortin ne peut garantir que d’autres entrées irrégulières ne sont pas effectuées ailleurs sur le territoire. 

«Il reste que dans la province de Québec, il y a 25 bureaux de douanes et il y a quand même beaucoup d’espace entre ces bureaux-là […] On est vulnérable», a-t-il dit, rappelant par le fait même le renfort demandé par le syndicat pour une surveillance plus accrue sur toute la frontière. 

Le président du SDI a par ailleurs fait savoir qu’un groupe d’agents de sécurité qui accueillaient les demandeurs d’asile à Lacolle sont présentement atteints de la COVID-19.

Quarantaine optionnelle à Dorval

Stephane